• Édit du 21/01/15 : correction de coquilles dans la séquence.

    Je vous présente aujourd'hui une séquence de littérature sur le fabuleux roman de Roald Dahl : Charlie et la chocolaterie. Quel succès tous les ans auprès de mes élèves ! Je travaille ce roman avec mes élèves de CE2 depuis plusieurs années, mais cette fois, j'ai essayé d'utiliser ce texte pour travailler des stratégies de lecture précises.

    * caractériser les personnages (portrait physique et portrait moral)
    * lire avec la ponctuation (certaines phrases sont assez longues)
    * lire par groupe de sens (certaines phrases assez longues ne contiennent pas forcément de virgules)
    * repérer l'idée principale et les détails
    * résumer les étapes importantes de l'histoire
    * associer causes et conséquences

    •  Voici la fiche de préparation de séquence.

    Séquence Charlie et la chocolaterie

    • Voici les supports d'activité

    Repérer l'idée principale (la mini-leçon est ).

    Séquence Charlie et la chocolaterie

    Caractériser les personnages
    La classe est partagée en groupes de recherche, deux par personnages (un groupe caractère, un groupe apparence). Après une mise en commun Les élèves recopient les traits qui ont été relevés. (J'ai imprimé en deux pages par feuille).
    Les illustrations sont celles de Melonheadz.

    Séquence Charlie et la chocolaterie

    Les étapes du récit
    Pour chaque salle, des lignes pour décrire l'événement important et un cadre arrondi pour dessiner la scène. Le travail est collectif pour les deux premières salles puis individuel. Cette super idée provient de ce blog.

    Séquence Charlie et la chocolaterie

     

    Possibilité d'en faire un affichage pour la classe comme sur le blog cité précédemment :

    Séquence Charlie et la chocolaterie

    Associer causes et conséquences
    Ici, les élèves doivent retrouver la cause ou la conséquence de chaque événement. Ce roman est un excellent support pour introduire ces notions.

    Séquence Charlie et la chocolaterie

     

    Lire avec la ponctuation et lire avec les groupes de sens (les mini-leçons sont ). Ces questions peuvent être abordées au cours de lecture, à n'importe quel moment.

    N'oubliez pas de faire un tour sur le blog de Lala qui propose une superbe exploitation de Charlie et la chocolaterie. C'est ici.

    À bientôt pour les photos !

    Pin It

    9 commentaires
  • Aujourd'hui, je vous propose une leçon à manipuler (mais pour cette fois, il y a peu de manipulation !) pour illustrer la stratégie "Repérer l'idée essentielle".

    leçon à manipuler : idée essentielle et détails

    Vous pourrez trouver la mini-leçon ici

    Vous trouverez dans ce dossier plusieurs mises en page différentes. Le texte est issus du livre La compréhension en lecture de Jocelyne Giasson (cf. fiche de lecture).

    Voici la présentation que j'ai choisie pour l'instant, c'est un exemple possible.

    Leçon à manipuler : idée essentielle et détails

    Pin It

    13 commentaires
  • Horrifiant

    (le 25/09/12 Charlie hebdo proposait de choisir entre ces deux formules)

    Je suis sous le choc, comme beaucoup sûrement d'apprendre cette nouvelle terrible. Abu, Charb, Wolinski et Tignous étaient l'incarnation de la liberté d'expression.

    Dans quel monde vit-on ?

    Pin It

    14 commentaires
  • Chapitre 8 : les processus d'élaboration

    En lisant, le lecteur fait aussi des inférences qui ne sont pas liées aux microprocessus, aux processus d'intégration et au macroprocessus ; ces inférences ne sont pas toujours prévues par l'auteur et ne sont pas indispensables à la compréhension littérale. On parlera des processus d'élaboration.

    1. Les prédictions

    Les prédictions sont les hypothèses que les lecteur fait sur la suite du texte.

    1. 1. Les types de prédictions

    Il existe deux types de prédictions : celles qui sont basées sur le contenu du texte et celles qui sont fondées sur la structure du texte.
    Irwin (1986) propose une liste de sources possibles de prédictions :

    a) Prédictions sur les textes narratifs

    1. Prédictions des événements fondées sur
    - le caractère des personnages
    - la motivation des personnages
    - les caractéristiques de la situation
    - les indices présents dans le texte (illustration, titre)
    2. Prédictions à partir de la structure et fondées sur
    - la connaissance des genres littéraires
    - les connaissances concernant la grammaire de récit

    b) Prédictions sur les textes informatifs

    1. Prédictions de contenu fondées sur
    - les connaissances antérieures sur le sujet
    - les connaissances concernant la causalité (physique, politique, psychologique, autres)
    2. Prédictions à partir de la structure et fondées sur
    - la connaissance des structure des textes informatifs
    - les indices provenant du texte (en-tête, titre, introduction, mots de transition, tables, figures…)

    1. 2. L'enseignement des prédictions

    a) Les prédictions et les indices
    Quand les élèves effectuent des prédictions à base d'indices, ils se sensibilisent à l'utilité de ces indices pour la compréhension. Quand ils effectuent des prédiction en l'absence d'indice, on encourage leur pensée créative. Les deux activités sont importantes. Il faut bien distinguer la prédiction (qui exige des indices) et l'imagination (sans indice).
    b) La confirmation et la réfutation des prédictions
    Rapprochement avec la démarche scientifique. Attention, : l'esprit à tendance à ne voir que les éléments qui confirment l'hypothèse de départ. Il faut apprendre aux élèves à réfuter une hypothèse plutôt que d'apprendre à la confirmer. Au lieu de demander à l'élève de prouver que son hypothèse est confirmée, il faut lui demander "ta prédiction peut-elle être contredite ? As-tu assez de preuves pour rejeter ta prédiction ? Les informations du texte vont-elles à l'encontre de ta prédiction ?" On suggère que l'enseignant fasse des prédictions sur le texte au cours de sa démonstration. Plus les prédictions sont erronées, meilleure sera la démonstration, car les élèves doivent apprendre à réviser leurs prédictions. Au cours de sa lecture, l'enseignant explique pourquoi il rejette ou modifie ses prédictions.
    c) Les prédictions à partir des titres et des sous-titres
    Cette habileté devrait être travaillée car les élèves ne sont pas si habiles à l'utiliser. Les élèves doivent ensuite lire le texte pour vérifier leurs prédictions. On peut aussi demander aux élèves de faire un survole du chapitre.
    Le rôle des prédictions est d'augmenter la motivation et l'engagement face au texte.

    2. L'imagerie mentale

    Selon Long et al. (1989), l'imagerie mentale interviendrait de plusieurs façon en lecture :
    - elle augmenterait la capacité de la mémoire de travail durant la lecture en réunissant des détails dans de grands ensembles ;
    - elle faciliterait la création d'analogies ou de comparaisons ;
    - elle servirait d'outil pour structurer et conserver en mémoire l'information tirée de la lecture ;
    - elle augmenterait le degré d'engagement envers le texte ainsi que l'intérêt et le plaisir à lire.

    Les recherches sur l'imagerie mentale et la lecture

    La capacité à créer des images mentales fortes et claires varie beaucoup d'un individu à l'autre. LEs bons "visualiseurs" ne sont pas nécessairement ceux qui comprennent le mieux le texte. Mais un entraînement à l'imagerie mentale améliore la compréhension. On peut expliquer ce paradoxe en distinguant la création spontanée d'image (qui est intéressante mais pas indispensable) et la production consciente (de l'ordre des processus métacocnitifs) qui forcerait le lecteur à être plus attentif et le rendrait conscient de son traitement du texte. Ainsi, l'imagerie mentale fait partie des processus d'élaboration et des processus métagcognitifs.

    3. Les réponses affectives

    Un lecteur qui s'engage émotivement dans sa lecture est plus actif et à ce titre, il a plus de chance de comprendre et de retenir l'information contenue dans le texte. Cependant, la réponse affective peut aussi modifier la compréhension du texte. Un détail peut être interprété comme une idée essentielle si l'élève la juge ainsi. Cela peut expliquer en partie, les interprétations différentes d'un même texte. Parfois, l'auteur joue avec les sentiments de son auditoire. Il faut sensibiliser les élèves au fait que la réponse affective n'est pas appropriée à tous les types de texte. Les deux principales réactions émotives face à un texte sont :
    réaction émotive à l'intrigue (connexions avec l'expérience du lecteur)
    identification aux personnages (comment vous seriez-vous sentis à la place du personnage ?)

    4. Le raisonnement

    Quelle est l'utilité de comprendre un texte si on est incapable d'être critique face à ce texte ?

    4. 1. Distinguer les faits des opinions

    Il s'agit d'une habileté indispensable pour le lecteur sans cesse confronté à des écrits en vue de la persuader. p148 tableau pour aider à cette distinction.

    4. 2. Porter un jugement sur la crédibilité de la source d'information

    Pour sensibiliser à l'importance d'évaluer la source d'un texte, Irwin propose de leur présenter plusieurs textes sur un même thème.

    4. 3. Réagir à l'aspect connotatif du langage de l'auteur

    Les élèves doivent apprendre à distinguer les aspects dénotatifs (sens littéral) et connotatifs du langage (valeur émotive). En classe, on peut relever avec les élèves les termes qui ont donné le ton du texte ou encore réécrire le texte en changeant les termes émotifs par des termes neutres et à évaluer le changement obtenu.

    5. L'intégration de l'information du texte aux connaissances du lecteur

    Au cours d'une lecture, le lecteur habile relie l'information contenue dans le texte à ses connaissances.

    Pin It

    votre commentaire
  • Chapitre 7 : les macroprocessus, les textes informatifs

    1. La structure des textes informatifs

    Les élèves ont plus de difficultés à comprendre les textes informatifs que les textes narratifs. Ceux qui sont sensibles à la structure du texte rappellent plus d'informations et des informations plus importantes.

    1. 1. Une classification des textes informatifs

    La classification de Meyer (1985) catégorise les textes informatifs selon les relations logiques de base qui y sont contenues.
    - Description : ce texte donne des informations sur un sujet en spécifiant certains de ses attributs. En général, la proposition principale est présentée en premier suivie de détails.
    - Énumération/collection : Ce type de texte présente une liste d'éléments reliés entre eux par un point commun (ce point commun peut être l'ordre temporelle comme dans la séquence).
    - Comparaison : le texte compare des objets en citant leurs ressemblances et leurs différences.
    - Cause-effet : Une idée est la cause ou l'antécédent de l'autre.
    - Problème-solution : un phénomène et une ou plusieurs solutions possibles.

    1. 2. Le niveau de difficulté des différentes structures

    Gradation de la plus facile à la plus difficile : type de texte séquence, description, comparaison, cause-effet et problème-solution.

    2. Les stratégies de sensibilisation à la structure des textes informatifs 

    L'objectif ne doit pas être que les élèves identifient la structure de texte mais bien qu'ils l'utilisent pour mieux comprendre le texte. Il existe deux façons générales de sensibiliser les élèves à la structure de texte : réaliser des activités qui mettent en évidence la structure de texte à l'aide de représentations graphiques et se servir d'activités comme l'utilisation des indices de signalement, le questionnement dirigé et le résumé dirigé.

    2. 1. Les représentations graphiques

    L'origine des graphiques et leur utilisation
    Les graphiques peuvent être utilisés avant, pendant et après la lecture
    avant : ils sont préparés par le maître et servent de préparation et de stimulation à la lecture
    pendant : il s'agit de graphiques à compléter par les élèves
    après : ils sont construits par les élèves et représentent leur façon de comprendre le texte
    Les graphiques construits par les élèves sont plus efficaces que ceux construits par l'enseignant. Il s'agit d'une activité de traitement de texte en profondeur. Les graphiques peuvent varier d'un élève à l'autre, il existe plusieurs manière de représenter graphiquement un même texte. L'essentiel de cette technique est d'amener les élèves à expliquer comment ils ont construit leur graphique.
    Des réalisations concrètes de graphiques (p.126)
    Pour les textes descriptifs, les graphiques de types araignée ou de type soleil sont les plus répandus.
    Pour les textes énumératifs, les graphiques sont de deux types : liste ou séquence.
    Pour les textes comparatifs, les graphiques mettent en évidence les ressemblances et les différences.
    Pour les textes cause-effet, les graphiques font ressortir la cause ainsi que l'effet entraîné par cette cause.
    Pour les textes problème-solution, les graphiques présentent les deux concepts et parfois, le résultat obtenu suite à l'application de la solution.

    2. 2. L'utilisation des indices de signalement

    Certains mots clés sont révélateurs de certaines structures de texte (ex : d'abord -> séquence ; à cause de -> cause-effet ; caractéristiques -> description ; comme -> comparaison).
    L'enseignant peut commencer par présenter aux élèves les listes d'indices de signalement, mais sans inscrire le nom des catégories. Il les amènera alors à associer chaque liste à une structure de texte. Par la suite, l'enseignant pourra distribuer des paragraphes aux élèves en leur demandant de repérer les indices.

    2. 3. Faire découvrir la structure du texte à l'aide de questions

    On peut aussi présenter aux élèves un enchaînement de questions visant à les aider à cerner les concepts clés et à établir les relations entre ces concepts.

    2. 4. Des résumés à partir de la structure de texte

    On peut s'aider de la structure du texte pour résumer un texte.

    Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires