• La compréhension en lecture 3 : les microprocessus

    Chapitre 3 : les microprocessus

    Les microprocessus permettent de comprendre l'information contenue dans une phrase. Ils comprennent trois habiletés :

    1. La reconnaissance de mots
    2. La lecture par groupe de mots
    3. La microsélection

    1. La reconnaissance de mots

    La reconnaissance des mots, quand elle est automatique, libère de l'attention pour les autres processus.

            1. Le paradoxe du décodage

    "Il est utile d'enseigner aux lecteurs débutants une habileté (décoder) dont ils n'auront à peu près pas besoin comme lecteurs compétents."

    On distingue alors le décodage/l'identification et la reconnaissance instantanée de mots. La reconnaissance est le but à atteindre et le décodage un moyen pour y parvenir (les autres moyens peuvent être l'utilisation d'indices fournis par les illustrations, la syntaxe, le sens…). Un premier bagage de mots peuvent être acquis globalement (sans passer par le décodage), mais un premier bagage seulement car après, la mémoire sature et les mots se confondent.

    La compréhension en lecture 3 : les microprocessus

              2. Le paradoxe de l'efficacité de l'enseignement du décodage

    "On peut enseigner efficacement des stratégies de décodage qui n'ont que peu de lien avec la façon dont le décodage sera utilisé en pratique par les élèves"

    L'enseignement des règles du décodage vise à faire comprendre qu'il existe une certaine relation entre l'oral et l'écrit. L'élève doit comprendre que les règles de correspondance entre lettres et sons ne lui permettra que d'avoir une approximation du mot et qu'à partir de cette approximation, il devra trouver une prononciation qui corresponde à un mot connu.

     2. La lecture par groupes de mots

     La lecture par groupe de mots consiste à utiliser les indices syntaxiques pour identifier dans la phrase des groupes de sens.

    Exemple : Le petit oiseau de toutes les couleurs

              1. Sa définition et son rôle dans la compréhension

    Le fait de regrouper les éléments signifiants permet une lecture fluide. Les informations sont d'abord retenues dans la memoire à court terme quelques secondes ensuite elle est soit oubliée, soit traitée en unités signifiante et transférée dans la memoire à long terme. La mémoire à court terme ne peut contenir que 4 ou 5 éléments mais ces élémets peuvent être des mots ou des regroupements signifiants. Un lecteur lisant par groupes de mots aura en mémoire plus d'éléments qu'un lecteur lisant mot à mot. 

              2. Pourquoi la lecture par groupes de mots est-elle difficile ?

    Les indices existant à l'oral (pauses, intonation…) sont inexistant à l'écrit. La ponctuation joue un rôle mais seulement pour de larges unités de sens. 

              3. Les stratégies pédagogiques

    Il peut être utile d'intervenir auprès d'élèves lisant mot à mot. La meilleure stratégie pour l'enseignant est l'enseignement indirect par la fréquentation d'e matériels variés et de difficulté adaptée. On peut aussi pratiquer la lecture répétée et effectuer un découpage du texte en unités.

    * La lecture répétée permet de rendre disponible l'énergie du lecteur pour les processus de compréhension (le décodage étant plus fluide), elle premet aussi d'approfondir la compréhension, de la structurer. La lecture répétée peut être supervisée par un moniteur (proposer un texte à un élève et lui demander de le lireplusieurs fois jusqu'à ce qu'il atteigne un certain seuil : mots par minute) ou effectuée en écoutant un texte enregistré (l'élève doit écouter un texte et s'entraîner à le lire en même temps que l'enregistrement ; quand l'élève est prêt, il lit devant l'enseignant). On peut également faire travailler les élèves avec un partenaire.

    * Le découpage du texte en unités permet d'aider les élèves les moins habiles. On peut découper les textes de deux manières :  

    - la segmentation syntaxique consite à découper les phrases en unités grammaticales (GN, propositions…)

    - la ségmentation par les pauses consiste à identifier les endroits où la plupart des adultes feraient une pause oralement.

    Pour marquer le découpage on peut ménager des espaces entre les groupes de mots, intégrer des barres obliques ou présenter une unité par ligne.

    En premier lieu, il faut expliquer aux enfants que les indices visuels représentent des unités de sens et que leur but est la compréhension. 

    3. La microsélection 

    La microsélection permet au lecteur de prélever l'information importante/à retenir dans une phrase. L'enseignant doit expliquer aux élèves qu'ils ne doivent retenir que ce qui est important dans une phrase, il peut ensuite illustrer cette stratégie avec des exemples. On peut demander aux élèves de poser une question sur ce qui est important dans la phrase.

    Retour au sommaire La compréhension en lecture de Jocelyne Giasson.

    Pin It

  • Commentaires

    1
    gotta
    Lundi 27 Mai 2013 à 20:58

    C'est vrai qu'on apprend à décoder et qu'après on ne se sert que très rarement de cette habileté. C'est interéssant.

    2
    Mélimélune Profil de Mélimélune
    Lundi 27 Mai 2013 à 21:01

    Oui, il y a beaucoup de choses intéressantes dans ce livre très dense !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :