• L'enseignement explicite : Chap 2 Vérifier la compréhension

    •  L’enseignant doit vérifier tout au long de sa leçon la compréhension des élèves (et non pas seulement à la fin par exemple). «Enseigner et vérifier. Enseigner et vérifier.»

     

     ➤ Pourquoi ?

     

    •  Si l’on se contente de vérifier la compréhension des élèves lors de l’évaluation sommative finale : on ne peut pas l’utiliser. En effet, il est trop tard pour agir. Évaluer la compréhension pendant la leçon permet de réajuster en temps réel et de trouver le rythme de la leçon.
    •  Vérifier la compréhension en cours de leçon permet de donner davantage d’explications et d’exemples.
    •  Il faut à tout prix éviter la répétition d’erreurs.
    •  Vérifier la compréhension favorise les échanges et l’engagement des élèves.
    •  Vérifier la compréhension permet de répéter et reformuler de nombreuses fois les notions et de les faire entrer dans la mémoire à long terme.

     

     ➤ Quand ?

     

    •  Il faut s’arrêter pour vérifier la compréhension à chaque fois que l’on a enseigné quelque chose.

    - Après avoir expliqué l’objectif d’apprentissage : demandez à vos élèves ce qu’ils vont apprendre.

     - Après avoir donné une définition, demandez aux élèves de la reformuler ou de fournir des exemples.

    - Après avoir donné les étapes de résolution d’un problème, demandez aux élèves de les décrire, de les nommer, d’en expliquer l’importance.

    - Après avoir demandé aux élèves de résoudre un problème, leur demander de donner leur réponse et de l’expliquer.

    •  Ces questions de compréhension doivent être préparées à l’avance.

     

     ➤ Clarifier le contenu de la leçon avec des exemples

     

    •  Il faut toujours poser la question à l’ensemble des élèves et non un en particulier.
    •  Il faut marquer un temps après avoir posé la question et avant d’interroger quelqu’un afin que tous les élèves réfléchissent.
    •  Choisissez les élèves au hasard en piochant leur nom par exemple (on peut parfois faire semblant pour pouvoir interroger un élève en difficulté).

    L'enseignement explicite : Chap 2 Vérifier la compréhension

     ➤ La technique EQPCER

    L'enseignement explicite : Chap 2 Vérifier la compréhension

    •  Enseigner d’abord : c’est une des règles fondamentales de l’enseignement explicite. On explique les contenus avant de poser des questions à l’élève. On évalue ce que l’on a enseigné pas les connaissances de l’élève.
    •  Questionner
    •  Pause : il faut poser une question, faire une pause de quelques secondes (afin que tout le monde réfléchisse) et interroger l’élève qui répondra. On peut répéter plusieurs fois la question en se déplaçant entre les tables.
    •  Choisir un élève au hasard : c’est nécessaire pour élucider les incompréhensions. On ne doit pas travailler uniquement avec les élèves qui participent en levant la main. Il faut choisir au moins trois élèves. On peut utiliser des bâtonnets (sur lesquels sont inscrits les noms des enfants), mais aussi des cartes, des balles de ping pong…
    •  Écouter la réponse : il faut l’analyser pour  pouvoir décider de la rétroaction appropriée
    •  Rétroaction : si un élève se trompe en répondant ou ne parvient pas à répondre, il faut souvent reprendre les explications. Prévenir l’enfant qu’on reviendra vers lui plus tard, lui dire de bien écouter. Interroger un autre enfant. Si sa réponse est correcte, la répéter et revenir au premier élève. Si le deuxième élève se trompe également : il faut RECOMMENCER la leçon. Après cela, on réinterroge les mêmes élèves puis d’autres. Les élèves doivent toujours pouvoir dire la bonne réponse, même si pour cela il faut revenir quatre fois vers le même enfant, même s’il faut que l’enseignant souffle la bonne réponse. 

     

     ➤ Quand interroger les élèves qui lèvent la main ?

     

    •  Après avoir interrogé des élèves au hasard, et vérifié leur compréhension, on peut interroger ceux qui lèvent la main pour aller plus loin.
    •  On peut demander à ces élèves ‘ils disposent d’une autre méthode qui fonctionne aussi.

     

     ➤ Influencer le hasard

     

    •  Quand on tire au sort trois bâtonnets-prénoms, on peut lire le nom d’un élève en difficulté personne ne le saura. 
    •  Il faut toujours remettre les bâtonnets dans le pot (les élèves doivent toujours pouvoir être interrogés).
    •  On peut ajouter des bâtonnets «choix du professeur», annoncer alors qu’on va choisir un enfant.

     

     ➤ Utiliser les ardoises

     

    •  C’est le meilleur moyen de vérifier la compréhension de tous les élèves.
    •  Les élèves répondent par écrit et relèvent tous en même temps l’ardoise.
    •  Il faut utiliser l’ardoise le plus possible, dès que la longueur de la réponse demandée le permet.
    •  Demander aux élèves d’écrire leur réponse sur l’ardoise et de se préparer à expliquer leur raisonnement. Faites montrer les réponses, regardez-les toutes. Choisissez quelques bâtonnets et demandez à certains élèves d’expliquer leur réponse.
    •  Si vous remarquez une mauvaise réponse, demandez à l’élève d’expliquer son raisonnement (pour proposer la rétroaction appropriée)
    •  Quand tous les élèves sont en activité pour résoudre, par exemple, un problème sur leur ardoise, ils sont en action et ne se distraient pas.

    NB : Le terme employé par l’auteur n’est pas ardoise mais tableau blanc. Il ne s’agit pas exactement de la même chose. Le support est celui utilisé dans la vidéo de Hollingsworth. Il est plus léger et beaucoup moins bruyant quand on le repose qu’une de nos traditionnelle ardoise. Par ailleurs, il contient un volet en plastique sous lequel on peut glisser une feuille lignée, un tableau de conversion, etc.

     

    Je rappelle que ces supers idées ne sont pas les miennes mais celles de John Hollingsworth et Silvia Ybarra. Elles sont expliquées en détails dans le livre  L'enseignement explicite : une pratique efficace. Cliquez pour voir les autres chapitres du livre.

    Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lala78 Profil de Lala78
    Samedi 13 Avril 2013 à 21:21

    Ton article est beaucoup plus "explicite" que la vidéo...car j'avais pas saisi toute la technique  EQPCER.

    Merci Mélimélune

    2
    Mélimélune Profil de Mélimélune
    Samedi 13 Avril 2013 à 21:23

    Tant mieux ! Je suis hyper emballée j'avoue. Même si je ne pense pas l'appliquer dans toutes les disciplines…

    3
    Lala78 Profil de Lala78
    Samedi 13 Avril 2013 à 21:25

    Ah, ben c'était justement la question que je me posais pour Picot notamment...

    4
    Lala78 Profil de Lala78
    Dimanche 14 Avril 2013 à 09:02

    La nuit porte conseil comme on dit... Alors pas possible de l'appliquer de cette façon sur les deux premiers jours avec analyse de texte, de phrases, du GN car tout s'enchaine vite et là c'est le timing qui ne suivrait pas... Par contre, c'est possible pour la séance SYNTHESE ... j'ai médité pour l'articuler avec mes bâtons phrases et ma carte mentale... bon, ben, y'a plus qu'à tester ! merci Méli pour toutes ces reflexions que je vais poursuivre...

    5
    Mélimélune Profil de Mélimélune
    Dimanche 14 Avril 2013 à 09:37

    Lala, j'ai fait hier une première prép. Picot pour la synthèse parce que je me suis fait la même réflexion que toi... Je te l'envoie dans la journée, si tu veux.

    6
    Lala78 Profil de Lala78
    Dimanche 14 Avril 2013 à 09:42

    Oh oui, je veux bien...(tu peux même l'éditer ici, on n'est  peut-être pas les seules à se poser la question)..

    7
    Dimanche 14 Avril 2013 à 11:47

    Bravo ! Je viens de lire quelques échanges et je suis épaté par le dynamisme qui s’en dégage.

    Il s’agit d’entrer petit à petit dans l’explicite et pas de tout bouleverser du jour au lendemain. Voir à ce sujet cet article : http://www.formapex.com/documentation/314-a-savoir-avant-de-mettre-en-place-la-pedagogie-explicite-dans-sa-classe

    Si je puis me permettre un conseil, mettez d’abord en pratique la pédagogie explicite pour les matières fortement structurées (français et mathématiques) et pour la gestion de classe (par exemple apprendre à se mettre en rang, apprendre à travailler à deux, etc.).

    Le reste viendra naturellement, pas à pas…

    8
    Mélimélune Profil de Mélimélune
    Dimanche 14 Avril 2013 à 11:52

    Bonjour Bernard Appy, j'ai déjà lu cet article très intéressant, mais c'est vrai que je pourrais le conseiller aux gens qui fréquentent ce blog. À ce propos, pouvez-vous m'indiquer si votre blog propose un exemple de fiche de préparation ?

    9
    Minipouce68 Profil de Minipouce68
    Dimanche 14 Avril 2013 à 13:07

    Merci pour cette découverte, c'est très intéressant. 2 mois seront-ils suffisants cet été pour lire tous les livres de pédagogie que toi el les autres bloggeurs nous conseillent ?

    10
    Dimanche 14 Avril 2013 à 18:13

    Bonjour,

    Les précédents échanges dans les différents fils sur la PEx me suggèrent quelques remarques.

    Même quand on débute en PEx, on observe tout de suite les résultats qui se manifestent par des élèves plus engagés car réussissant mieux. C’est un constat largement partagé par les enseignants qui s’y sont essayés. Je comprends aussi les appréhensions évoquées (être trop directif, ou être vieux jeu) car il existe un mythe bien implanté sur la directivité : on s’imagine souvent, sans savoir pourquoi qu’être non directif (ce que les chercheurs appellent une pratique faiblement guidée) permet de mieux apprendre. Cela est faux et la recherche l'a bien montré. Il y a des raisons cognitives à cela qui ont été mises en évidence par Kirschner, Clark et Sweller (un résumé en français ici http://www.formapex.com/sciences-cognitives/774-resume-mettre-les-eleves-sur-le-chemin-des-apprentissages-richard-e-clark-paul-a-kirschner-john-sweller)

    Enfin, puisque vous évoquez aussi le temps, vous vous rendrez compte au fur et à mesure que vous avancerez en PEx, à quel point on peut gagner du temps, en particulier au niveau du Temps d’Apprentissage Scolaire. (C’est la quantité de temps au cours de laquelle les élèves sont engagés avec succès dans des tâches scolaires de leur niveau, c’est-à-dire ni trop complexes ni trop simples ; le TAS représente en moyenne un très petit pourcentage de la journée, environ 20% du temps alloué).

    Quant à la pratique guidée, elle est extrêmement importante car c’est le moment où l’enseignant peut vérifier l’avancement de la compréhension, celui où l’élève peut organiser les informations et consolider la compréhension. L’enseignant reste très présent, guide les réponses, et corrige les erreurs immédiatement. Il pose de multiples questions. En règle générale, elle dure jusqu’à ce que 80% des élèves aient compris. La pratique autonome est réussie quand il y a eu une bonne pratique guidée auparavant, ce n’est pas du temps perdu.

    Pour répondre à Minipouce 68, les ouvrages de PEx sont très faciles d'accès et savent lier les aspects théoriques à la pratique.(En particulier ceux de Gauthier Bissonnette et Richard) Vous pouvez compléter vos lectures par des articles ou des synthèses.Vous constaterez vite que vos lectures vous donneront envie de mettre en pratique. Ne laissez pas s'écouler trop de temps entre les lectures et l'action. Et si je puis me permettre un dernier conseil, toujours commencer par la gestion de classe qui installe les conditions pour de bons apprentissages.

    En tout cas, à vous lire, on sent bien l'intérêt que vous portez à cette pratique pédagogique et croyez-moi, si vous vous y engagez, elle vous le rendra bien, ainsi qu'à vos élèves.

    Cordialement,

    Françoise Appy

     http://explicitementvotre.blogspot.fr/

    11
    Dimanche 14 Avril 2013 à 18:17

    Pour répondre à votre demande, voici - très rapidement - comment nous concevons notre action avec Form@PEx.

    Nous aidons à établir des bases solides en enseignement explicite, en donnant des éléments pour concevoir la philosophie éducative instructionniste, construire l’identité professionnelle de l'enseignant, exposer le savoir d’action pédagogique de base à connaître, détailler les spécificités de l’enseignement explicite et son mode de mise en œuvre, développer le support théorique sur lequel cette pratique repose.

    Cela étant, chacun doit ensuite s’adapter à la situation particulière de sa classe et de ses élèves. Ce qui implique que chaque plan de leçon doit faire l’objet d’une réflexion particulière, correspondant spécifiquement à une classe précise et surtout aux élèves qui la composent.

    Pour une explication plus approfondie, voir cet article récemment mis en ligne : http://www.formapex.com/documentation/1016-pouvez-vous-me-fournir-des-fiches-de-lecons-

    Bien cordialement.

    12
    Mélimélune Profil de Mélimélune
    Dimanche 14 Avril 2013 à 21:58

    Françoise Appy : Merci pour votre commentaire. Je suis profondément convaincue de ce que vous dites à propos du fait d'être directif dans sa classe. Je pense qu'il y a une sorte de tabou à ce sujet et pour moi il n'a pas lieu d'être : c'est le rôle de l'enseignant d'enseigner et non de féliciter les élèves qui trouvent seuls et de se lamenter sur ceux qui cherchent encore... Que le TAS représente 20% du temps scolaire est assez impressionnant ! Autant dans ce cas le rendre le plus effectif possible ! Quand à la pratique guidée, j'ai allongé ces derniers temps, le moment que j'y consacre et les effets ont été visibles tout de suite. Le fait également que les élèves soient tous susceptibles de participer et que le rythme soit très dynamique, favorise leur écoute et leur investissement. 
    Je suis certaine que la gestion de classe "explicite" doit être la première chose à mettre en place, malheureusement, c'est bien ce que j'ai le plus de mal à me représenter encore.

    Bernard Appy : Merci pour votre commentaire et le lien vers votre article. En vous demandant un exemple de fiche de préparation, je ne cherchais en aucun cas du clé en main pour faire la classe. Ce n'est pas ainsi que je fonctionne et j'espère que le travail mis en ligne sur ce blog, le prouve. Je cherchais juste à me faire une idée, car ne disposer que d'une trame vierge ne convient pas à tout le monde : on ne met pas toujours le bon concept derrière un intitulé, on n'a pas forcément des idées de questions à poser pour vérfifier la compréhension, on ne sait pas quelle durée doivent avoir les "moments" les uns par rapport aux autres, etc. Tout cela vient avec la pratique certainement, mais tout comme les enfants ont besoin d'être guidés, les néophythes pataugent un peu !

    13
    Lundi 15 Avril 2013 à 18:29
    Au sujet de la gestion de classe, vous trouverez des choses ici http://www.formapex.com/gestion-de-classe?layout=default Je conseille en particulier le travail de JC Richoz un ouvrage incontournable en la matière et très agréable à lire. En gestion de classe, la mise au point des règles de classe est une étape extrêmement importante. Pour tout ce qui concerne les divers temps scolaires vous pourrez en trouver plus dans le livre d’Anita Archer et C Hugues, Explicit Instruction http://www.formapex.com/bibliographie/500-livre-explicit-instruction-anita-l-archer-et-charles-a-hugues Bonne continuation
    14
    gotta
    Lundi 15 Avril 2013 à 18:51

    Je suis de près ces réflexions. Je me question relative à la gestion de l'héterogenéité dans la classe. Vérifiez que tout le monde suit je suis vraiment d'accord mais quand un élève est bloqué, non pas par sa méconnaissance de ce que je lui explique mais par des connaissances ultérieures qu'il n'a pas?

    Par exemple: on explique comment faire 30-6, 50-8.... mais certains élèves n'ont toujours pas acquis leurs compléments à 10... comment faire?

    de meme pour enseigner le COD avec des élèves qui ne savent pas trouver le verbe....

    On peut bien sur leur fournir des outils (liste des compléments à 10 ou le meme travail avec les verbes soulignés) mais ils manqueront toujours de rapidité et seront vite bloqués...

    15
    Lundi 15 Avril 2013 à 19:03

    Vous mettez le doigt sur une chose d'une extrême importance en Enseignement Explicite: les connaissances préalables. On ne peut rien construire tant que les fondements ne sont pas solides; par conséquent il vaut mieux reprendre les connaissances de base avant d'aller plus loin. Ce n'est pas du temps perdu, bien au contraire. Si c'est l'ensemble de la classe qui est dans cette situation, on refait la (ou les) leçon nécessaire(s). Si c'est un petit groupe, il faudra les faire travailler à part. 

    Bien sûr, cela pose la question de l'hétérogénéité; je suis persuadée que l'hétérogénéité des niveaux scolaires serait moindre si une école entière pratiquait l'Enseignement Explicite depuis les petites classes jusqu'au CM 2 car c'est une méthode qui sait se mettre au niveau des élèves et ne les laisse jamais avancer sans être assuré qu'ils maîtrisent ce qui a été enseigné. (Effet école)

    16
    Mélimélune Profil de Mélimélune
    Lundi 15 Avril 2013 à 20:53

    Merci Françoise Appy pour vos réponses très précieuses. Malheureusement, je ne trouve aucun livre d'Anita Archer en français. Je pourrais bien sûr essayer de les lire en anglais mais j'ai peur de ne pas suivre. Pour cela les traductions qu'on trouve des vidéos d'Anita sur le site de l'APPEX sont une chance.

    Gotta, le chapitre concernant l'activation des connaissances antérieures t'intéressera sûrement... J'essaierai de ne pas faire l'article dans trop longtemps...

    17
    Niniee
    Lundi 15 Avril 2013 à 22:25

    Hé ben je suivais déjà de loin cette montée de la pédagogie explicite, je venais déjà de révolutionner la lecture dans ma classe avec les ateliers de lecture cette année, + la mise en oeuvre de Picot depuis 2 ans, mise en oeuvre d'ateliers de grammaire afin de travailler en plus petit groupe cette année. Donc je n'avais pas envie de me lancer cette année là-dedans. Besoin de souffler u peu.

    MAis je me rends compte que je me retrouve tout à fait dans ce que je viens de lire! Sauf que, je ne mettais pas de mots précis sur ce que je faisais, et en plus j'avoue que je ne le fais pas tout le temps mais surtout quand une notion nouvelle arrive et qu'il faut absoluement aller vite mais BIEN. Et aussi je ne structurais pas autant que le EQPCER.

    Du coup, cela m'ouvre plein d'autres perspective mais aussi m'éclaire sur la façon dont je veux (aimerais) enseigner.

    J'ai toujours culpabilisé à trop utiliser l'ardoise pour le départ d'une notion (ba oui à part l'écrire dans le cahier journal, il n'y a pas de trace écrite dans les cahiers et pourtant c'est peut être le moment où la classe apprend le plus...) je montre, je questionne, ils font, ils montrent, on corrige discute explicite les techniques pour y arriver, et on recommence..... Si j'ai bien compris je suis dans la pédagogie explicite lorsque je fais ça?

    Par contre je n'ai pas (encore) l'automatisme de m'assurer de la bonne compréhension des consignes ou du but de la séance en questionnant les élèves (au moins 3 au hasard), et pourtant c'est un conseil très récurrent que l'on nous donnait à l'IUFM. Et vous me dites que cela aussi fait partie de cette pédagogie explicite? En plus je m'aperçoit que peut être on suppose beaucoup de choses sont comprises et en faite non, or avec cette façon de vérifier la bonne compréhension pour toutes choses que l'on enseigne, au final on doit y gagner beaucoup....

    Autre chose, après la phase sur l'ardoise, quand 80% des élèves ont compris, on passe alors sur le cahier pour des exercices plus individuels?

    En réumé, merci melimelune (et tous les autres qui post sur ce sujet), je crois que vous allez encore me faire avancer dans ma pédagogie, et merci aussi pour la grosse illumination de ma soirée!!!!

    (j'espère ne pas avoir été trop longue, mais franchement, je me retrouve tellement dans cette pédagogie, ce serait trop long d'expliciter pourquoi mais MERCI!)

    18
    Niniee
    Lundi 15 Avril 2013 à 22:29

    dsl pour les petites coquilles qui se sont glissées dans mon post.....

    19
    Mélimélune Profil de Mélimélune
    Lundi 15 Avril 2013 à 22:33

    Tu n'es pas trop longue, au contraire, tes réflexions participent à la mienne et ce blog se veut un espace de parole, pour tous ceux qui le souhaitent. Je ne suis pas encore une pro de la PEX (loin de là), donc je ne peux pas répondre à toutes tes questions. Dans tous les cas, comme toi j'utilisais déjà beaucoup l'ardoise mais ces derniers temps, je fais de la pratique guidée la priorité : le cahier du jour (et donc la pratique autonome) ne passe pas avant si je manque de temps.

    S'assurer de la compréhension des élèves en posant des questions à plusieurs d'entre eux et en revenant vers ceux qui n'ont pas pu répondre, prend un peu de temps mais, comme le dit Françoise Appy, c'est du temps gagné. Et au bout de 80% de réussite, on peut passer à la pratique individuelle, oui.

    À bientôt !

    20
    Niniee
    Mardi 16 Avril 2013 à 15:43

    Merci de ta réponse.Cela me rassure quand-t-à l'ardoise et le cahier du jour.
    Je suis avec intéret tes notes de lectures sur ce livre et je complète avec les liens mis plus haut.

    Il y a un article présentant la pédagogie explicite avec Françoise et Bernard Appy sur le blog de Tilekol (peut être connaissais tu déjà)

    http://www.tilekol.org/la-pedagogie-explicite-quest-ce-que-cest

    http://www.tilekol.org/histoire-de-la-pedagogie-explicite

    Reste plus qu'à mettre en oeuvre, heureusement ici c'est les vacances donc j'ai encore 2 semaines pour digérer et voir par quoi commencer.

    Il serait intéressant de dresse une liste des manuels se rapprochat le plus de la pédagogie explicite ? Mais quel boulot nous attend....

    21
    Pampelune
    Mercredi 29 Mai 2013 à 11:42

    je viens de lire rapidement les doc plus haut ainsi que les comm de cet article.

    J'utilise beaucoup l'ardoise et je pratique visiblement la péda explicite, c'est vrai c'est interessant de mettre des mots sur ses pratiques.... (ha, ha, ha)

    Je m'inquiétais aussi de voir mes collègues utiliser abondamment leurs 2ème cahier du jour alors que je n'ai pas fini le premier. Mais forcément, l'ardoise , puis le cahier de brouillon... puis le cahier du jour, ça prend du temps... tout cela me rassure. j'ai du sauter l'explication des lettres: TAS... temps d'attention...? bref, je me régale de lire... relire, comprendre.... etc...

    Merci à tous et toutes pour ces échange et merci à toi Mélimélune de les permettre à travers cet espace convivial et "intéractif"^^

    (ps: si je remplis la case "mail" au moment de mon com, l'adresse de celui-ci apparait-il sur le post ou est-il à ta discrétion, Mélimélune?

    22
    PEenformation
    Dimanche 13 Décembre 2015 à 18:20

    Bonjour,

     

    Je te remercie pour ton super travail. Ayant un double niveau, je me demande vraiment comment gérer la pédagogie explicite facilement.

    Même en les mettant en pratique autonome, il reste quand meme 20 minutes a peu prés bien mais après cela leur fait beaucoup. Ma question est comment faire de la pédagogie explicite avec un double niveau ?

     

    Ensuite une question primordiale : Comment bien vérifier la compréhension des élèves lors de la pratique guidée  avec juste un petit tableau à craie ?

     Pas de tbi, ni de rétro que l'on voit beaucoup dans les vidéos

    J'ai fait la soustraction, la derniere fois en pratique guidée, j'en ai 4 ou 5 qui n'y arrivent pas et malgrès les répétitions. Pareil pour les ardoises, comment faire quand un élève a fait une erreur sur son ardoise ? Regarde t on toutes les ardoises pour valider les réponses ? Fais tu marquer un score aux élèves ? Comment gères tu les stylos d'ardoise qui ne marchent plus ?

     

    Merci par avance.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :